Archive for the 'Globodepressive France' Category

La voie de l’ouverture et de la légalisation. Immigration, travail et identité – faux problèmes et vraies solutions.

July 4, 2007

L’opinion publique en Europe et aux Etats-Unis est de plus en plus hostile à l’immigration. Mais la manipulation politique du thème de l’immigration, et avant tout le jeu avec les peurs, est avant tout devenue un jeu de politiciens en quête éperdue de votes.

Nicolas Sarkozy a mené campagne sur le thème de l’ « immigration choisie ». Il a mis en place un Ministère de l’Immigration de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Co-Developpement. [Je dois me boucher le nez quelques secondes avant de reprendre :] Les relents de paternalisme, de mentalité coloniale, de nationalisme et de racisme latent sont plus qu’évidents dans cette appellation. On le sait, dans le fond, peu de choses vont changer en pratique, il s’agit avant tout d’une concentration de diverses administrations précédemment sous la tutelle de divers autres ministères [adresse à Bernard Kouchner : avez-vous vraiment signé ce décret d’attribution? Vous en aviez vraiment envie de votre poste de Ministre, coûte que coûte, hein? Avouez-le.].

Le terme « identité nationale » y a été habilement accolé pour soutirer des votes à Jean-Marie Le Pen, avec un succès on ne peut plus spectaculaire. La Lepénisation des Esprits, que plus personne ne semble vraiment dénoncer, s’est vue incarnée, chair, os, et formulaires, dans le monde mystique de la Paperasserie et le monde physique des Camps de Rétention et des Radeaux de la Méduse échoues sur les plages touristiques du Mare Nostrum. O Miracle. Et Amen.

La preuve que nous sommes dans un monde incantatoire : Comment administre-t-on l’identité nationale ? Y aura-t-il des décrets et circulaires la définissant, ou bien la création d’un label « nationalement compatible » achetable au supermarché des identités consommables ? Et honnis ceux qui ne s’y conforment pas ! Ils seront privés d’emploi ! Y aura-t-il un décret ordonnant aux Français de pendre un drapeau tricolore (avec étiquette discrète Made in China) le 14 juillet sur leur balcon, histoire de soutirer des votes à Madame Royal ? Du côté de Free Luna on considère à raison que l’attitude française négative vis-à-vis de l’immigration n’est pas seulement un problème de droite. L’hostilité envers la concurrence de la main d’œuvre moins chère, que ce soit en Chine, ou venant de Roumanie contribue à alimenter la haine de l’Immigrant. J’ajouterais que, surtout, les travailleurs concernés par la concurrence de la mondialisation ont massivement voté pour Sarkozy, après un long aparté chez Le Pen.

Bon, ne nous auto-flagellons pas trop. Ce n’est pas bon pour le moral national. Beaucoup de nos amis européens ont le même type de problèmes. Les Danois ont établi le précédent au début des années 2000 lorsqu’un gouvernement national-populiste a pris le pouvoir, en créant un ministère des Affaires d’Asile, de l’Immigration et de Intégration. On n’osait pas encore y ajouter la mention « identité nationale », cela aurait probablement été considéré trop « nazi », surtout venant de Nordiques blonds. Mais fort heureusement Monsieur Sarkozy n’est pas blond aux yeux bleus. La Pilule passe mieux ainsi.

De plus, le fait que toutes les politiques contre-productives en matière d’immigration, de citoyenneté etc. menées jusqu’à présent soient désormais regroupées sous un seul Ministère à l’appellation choquante, les rend plus visibles, plus clairement identifiables et de ce fait plus facilement dénonçables.

Fort heureusement, pour sauver la face des Européens, les Espagnols donnent un exemple positif en matière de gestion de l’immigration. Read the rest of this entry »

Advertisements

L’histoire d’un Danois viré de son Ministère des Réfugiés, de l’Immigration et de l’Intégration

May 6, 2007

Avec la victoire de notre cher Nicolas Sarkozy, nous devrons nous attendre à la création d’un Ministère de l’Identité Nationale et de l’Immigration en France – s’il tient ses promesses électorales…. Aujourd’hui, en ce jour historique, comme par hasard, j’ai rencontré un Danois qui fait dans l’ « art ».

Comment il y est arrivé : il travaillait en 2002 au Ministère Danois nouvellement créé des Réfugiés, de l’Immigration et de l’Intégration (ils n’osaient pas appeler ça « identité nationale »), du gouvernement national-populiste et xénophobe qui venait de remporter les élections. Acte de rébellion d’un jeune diplômé en sciences politiques : Monsieur met en place une agence matrimoniale intitulée « Ticket to Danish citizenship », promouvant les « mariages blancs » entre immigrés risquant l’expulsion et volontaires danois voulant bien faire acte de charité.

Voici son histoire.

Cet épisode a radicalement transformé sa vie. Depuis il s’est lancé des performances des plus « artistiques », comme en 2004, l’introduction en Iraq d’une valise contenant de la Démocratie – en passant à pied et en costume-cravate la frontière entre le Kuweït et l’Iraq, ou bien en conquérant Guantanamo au nom de l’Europe sur une barque….

Type fascinant…

Un billet pour ceux qui disent ne comprendre ni l’économie ni l’anglais

May 5, 2007

Un certain nombre de mes amis français m’ont avoué qu’ils avaient des difficultés à suivre et à comprendre mon blog. Les deux obstacles majeurs à la compréhension de ce blog cités étant le fait qu’il soit avant tout écrit en anglais, et son contenu trop technique ou poussé (quoi, technique, mon blog? Je pensais qu’au contraire, il ne l’était pas ! Poussé ? – Merci pour le compliment ! … Ou serait-ce que j’écris mal… ?)

Chers amis, si vous n’arrivez pas à me lire, je recommande vivement en bonne alternative, Read the rest of this entry »

Dilemmes des économistes face aux candidats des élections présidentielles de demain

May 5, 2007

Les Econoclastes nous ont publié un beau petit billet en veille d’élections présidentielles qui résume bien les dilemmes auxquels les économistes sont confrontés face aux candidats de la présidentielle.

Entre projections, espoirs et Œdipe, au final, même les économistes les plus rationnels seront soumis à leurs impulsions subconscientes dans l’isoloir, demain….

(Merci pour le coup de pub les gars…)

Gideon a tout compris – papa, maman et la démocratie

April 24, 2007

Gideon Rachman from the FT with whom I do not always fully agree, clearly got it right this time, in his latest column.

“Les jupes de maman” ou “l’autorité paternelle” – c’est l’offre de choix de la France au second tour des élections le 6 mai prochain:

France now has a clear choice. Does the country want a mummy or a daddy as its next president? Read the rest of this entry »

The Economist might get it wrong again

April 12, 2007

“Verry shockingue”. The prominent British and internationally leading weekly The Economist has sometimes erred spectacularly. The most prominent error it itself recognizes was its support for the war in Iraq in 2003. A predictable disaster.

The Economist’s cover page this week, dedicated to France’s upcoming presidential election, is entitled: France’s chance: The case for Nicolas Sarkozy. I am afraid that it could be wrong in its assessment again.

sarkoeconomist.jpg

I read the leader and agreed on everything The Economist says about France’s problems, the reforms it needs, the stakes in the French presidential election, and the candidates. True, too, the election is a choice between “worst, worse and bad”, as The Economist puts it. But who is the “only” “bad” candidate? I am not sure it is Sarkozy. I disagree with The Economist’s conclusion:

[Nicolas Sarkozy] is the only candidate brave enough to advocate the “rupture” with its past that France needs after so many gloomy years. It has been said that France advances by revolution from time to time but seldom, if ever, manages to reform. Mr Sarkozy offers at least a chance of proving this aphorism wrong.”

The reasons I disagree are related to the realities of French institutions. Read the rest of this entry »

Nicolas Sarkozy is not a liberal, he is purely and simply a hard right-wing politician

March 15, 2007

This is a post on France’s presidential election campaign. I consider it an interesting topic in the observation of “politics in an era of globalization” this blog is about. I also write it because it will help me take a crucial decision when I will vote in six weeks. But it is first and foremost a needed clarification for my “liberal” colleagues and friends outside France on the “true” nature of the candidates. If you are not French, then you will need to be a bit informed on what is going on in France. The Financial Times is not bad in covering the presidential elections, Le Monde is better, of course, for an overview if your read French.

In the professional circles I am involved in here in London, the idea that Nicolas Sarkozy is one of the few “liberals” in France, a reformer, more eager to push through France’s badly needed economic reforms than any other politician is still pervasive. Still a few months ago, an eminent publication such as the FT was publishing articles on Sarkozy portraying him almost exclusively under this light, leaving out what worries many people in France: his social right-wingness. Please, dear readers, please do not believe Nicolas Sarkozy is a liberal. He is purely and simply a right-wing politician. He says he is a “liberal” but he isn’t. Here a few points on why: Read the rest of this entry »

Au-delà de la performance économique – l’Europe a besoin de laisser libre cours à la créativité.

February 16, 2007

Je me suis souvent demandée pourquoi, malgré le degré élevé de protection de l’emploi, de culture égalitaire et sociale, de « pouponnage social » (35 heures, emplois-jeunes, cheques-resto, CDI ultra-réglementé, droit à ceci, droit à cela), les gens, en France et en Europe continentale sont si peu contents de leur vie, et, plus précisément, du volet qui détermine beaucoup tout le reste, leur vie professionnelle.

Ceci alors que mon expérience récente d’un Capitalisme Sauvage tel que pratiqué au Royaume-Uni, me dit qu’en général, les gens sont plus satisfaits, plus sereins, et plus optimistes. Je ne parle pas des Etats-Unis, d’où beaucoup d’Européens qui y émigrent pour travailler ne veulent plus revenir – sauf en vacances. Ce que je ressens là instinctivement est difficile à prouver, pas quantifiable et n’intéresse personne. Et pourtant, le fait est bien là.

Fort heureusement, Edmund Phelps, Lauréat du Prix Nobel d’Economie 2006, est venu à ma rescousse. Il a parlé au Forum de Paris lundi dernier, et publié un fascinant article dans le Wall Street Journal (thanks Fredrik Erixon et merci Econoclastes). Read the rest of this entry »

Droit au logement opposable – point de vue de l’opposition lunaire

January 31, 2007

Les affreux ultra-libéraux ont de nouveau frappé.

Jean Dubois, de Transtaaftl, qu’on n’avait pas lu depuis on bon bout de temps, nous a sorti un nouveau post décappant. Cette fois-ci sur le “droit au logement opposable”. Je me demande comment il a fait pour ne pas se faire censurer. Il dit qu’une solution concrète à la crise du logement en France passe par plus de marché. Et non pas moins. Le droit opposable au logement ne peut que se transformer en machinerie juridico-administrative inefficace. Mais une telle thèse, c’est de l’anathème dans la conjoncture actuelle !

Récemment un article du Financial Times a mis les choses en perspective. La notion de droit au logement opposable vient en fait d’Outre-manche. Non pas d’Angleterre, où le problème du logement n’est pas excessivement grave, mais “d’Outre-mur-d’Hadrien”: l’Ecosse. De plus, le même article nous dit:

“The Insee statistics agency puts the number of French homeless at 86,500. This suggests the issue is being exaggerated in a country of 60m, compared with the 40,000 homeless recorded among Scotland’s 5m residents.”

(dois-je traduire? La loi Toubon me punira-t-elle ?)

Nous dirigerions-nous vers un modèle Ecossais qui a franchement l’air de bien marcher?

La crise de la classe moyenne française en perspective – réflexions autour du dernier ouvrage de Louis Chauvel, « Les classes moyennes à la dérive »

January 7, 2007

L’un des grands thèmes de la critique de la mondialisation du moment est le déclin des classes moyennes dans les pays développés (et même moins développés). Même le Financial Times (FT), le journal de la mondialisation par excellence, s’est beaucoup emparé du sujet ces derniers mois, avec l’éditorialiste américain Lawrence Summers y lançant le maître-mot the anxious middle repris ensuite un peu partout dans les medias.

Les suppléments du week-end de ce même FT ont publié de longues enquêtes sur ce thème. Un reportage récent dresse le portrait de quatre familles « moyennes » souffrant de cette anxiété générale. L’une est indienne, l’autre turque, l’autre américaine, et, bien évidemment, la quatrième, française, passe en premier. La France est considérée l’Homme Malade de notre monde europeano-mondialisé. Moi qui adore le FT (d’autant plus qu’il est la source de mes revenus), je n’ai pas du tout aimé la confusion générée par cet article. Le malaise décrit dans ces quatre familles n’a à mon avis rien, mais alors rien, à voir avec la mondialisation économique. La classe moyenne indienne est généralement optimiste car en plein essor grâce à l’insertion du pays dans les marchés mondiaux, et la famille de petits épiciers décrite dans cet article est une figure d’un monde qui, c’est malheureux à dire, est condamné à disparaître. Car justement, la classe moyenne montante indienne préfère les supermarchés et les centres commerciaux modernes, comme tout le monde. Le malaise de la famille turque vient de la montée non pas de la mondialisation, mais des forces islamistes et conservatrices au sein du pays. Le problème est des plus turcs, et pour mieux le comprendre je recommande vivement la lecture des romans d’Orhan Pamuk, Prix Nobel de littérature 2006, et notamment son dernier, un vrai bijou, Neige. No comment sur la famille américaine, je passe directement au cœur de mon sujet, la (ou les) classe(s) moyenne(s) française(s). Read the rest of this entry »